Le rideau tombe sur le Fipa 2016

Scène de la cérémonie de clôture

Ce samedi soir, une ambiance électrique règne dans la salle Atalaya, à la gare du Midi. Quelque chose scintille sur le coin de la scène : ce sont les Fipa d’or. La remise des prix est sur le point de commencer.

Dans une atmosphère feutrée, la salle frémit. Le public murmure les noms de leurs coups de cœur, le jury s’installe, les lumières s’abaissent et le maître de cérémonie, Bruce Toussaint, entre en scène. « Je n’ai pas fait de blague sur le temps, je m’améliore ». En quelques instants, la tension redescend et les rires fusent : pari réussi.

Bruce Toussaint en maître de cérémonie
Bruce Toussaint en maître de cérémonie

Changement d’ambiance avec l’entrée du président du festival, Didier Decoin. Il ne manquait plus qu’une musique digne de Disney pour compléter la féérie de son discours. Qualifiant les jurés de « princes charmants » ou de « fées », évoquant la pantoufle de verre de Cendrillon, il encense la télévision.

« Je suis fier, incomparablement fier, de travailler pour la télévision » Didier Decoin, président du Fipa

Mais l’attente ne peut s’éterniser, la remise des prix commence. Emus et surpris, les vingt lauréats défilent sur scène. On se souvient des mots passionnés et touchants de Jean-Claude Poirson (La bataille de Florange), la désinvolture de Petr Vaclav (Confession d’un disparu) ou le discours loufoque de Marie Bäumer (Brief an mein leben) qui a égayé la soirée. Même les absents sont présents : les acteurs de Birthday, Fipa d’or de la catégorie fiction, laissent un message vidéo hilarant, dévoilant un Stephen Mangan de nouveau enceinte.

La salle est effervescente : tous chuchotent leur joie ou leur déception. Mais le public turbulent s’apaise lorsqu’apparaît à l’écran, Sigurjon Kjartansson, le scénariste de Trapped. Et surprise !  La série islandaise sera diffusée le 8 février prochain sur France 2.

166719_125236291

Des paysages gelés, à la fois menaçants et magnifiques introduisent les premières minutes de l’épisode. Propulsé dans un thriller addictif, le spectateur assiste à une découverte macabre qui semble être liée à une histoire vieille de 7 ans. Le public haletant et frigorifié navigue entre les suspects : un capitaine louche, un jeune au passé douteux et un criminel international. Dans la salle, un silence aussi pur que les montagnes islandaises s’installe alors que le mystère s’épaissit. Dernière scène puis écran noir. C’est la fin.

Les émotions étaient au rendez-vous ce soir. Des rires aux larmes, du comique au suspens, cette soirée ne nous a pas laissés de marbre. De belles images sont à prévoir à la télévision cette année. Alors allumez vos postes et profitez !

Lauréats du Fipa 2016
Lauréats du Fipa 2016

 

Julie Chapman et Laura Andrieu

Publicités